Skip to content

Débutante – Court-métrage

Nous avons collecté 17 413 € (sur Indiegogo et PayPal) – merci! Vous pouvez toujours nous aider à atteindre l’objectif de 20 000 €:

RÉSUMÉ 

Je m’appelle Kamila Dydyna et je suis une réalisatrice polonaise basée à Dublin. Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours voulu faire des films.

En grandissant, j’aurais tout aussi bien pu souhaiter rejoindre la NASA et visiter la Lune. À l’époque, j’étais membre de la communauté des Témoins de Jéhovah. Ma vie était centrée sur des séances de prédication régulières, des rencontres avec la congrégation, l’étude de la Bible, etc. Rêver d’une carrière autre que celle d’être un témoin de Jéhovah était, techniquement parlant, un interdit.

Vingt-cinq ans plus tard et après plusieurs tremblements de terre métaphoriques, j’ai su me frayer un chemin hors de la ferveur religieuse, à travers une aventure dans le milieu de l’entreprise pour finalement me tourner vers le monde du cinéma indépendant. J’ai évité de parler de mon passé de témoin de Jéhovah pendant de nombreuses années après avoir quitté la religion. J’avais honte, je me considérais comme une victime et j’étais en colère. Mais maintenant, je suis à un tournant de ma vie où j’ai réalisé que je ne pouvais pas m’éloigner complètement de cet aspect-là de mon passé, du moins pas avant de faire ce film.

Au cours des dernières années, j’ai réalisé deux courts métrages (nous y reviendrons plus tard) et je suis maintenant prête à raconter l’histoire de Debutante, en partenariat avec Atheist Ireland, un groupe de défense militant pour la laïcité.

De quoi parle le film?

Meg, une adolescente irlandaise, a découvert la sexualité avec son petit ami.

Mais ce qui s’ensuit n’est pas l’histoire d’une grossesse non planifiée, mais bien d’une audience devant un comité judiciaire composé de trois anciens de la congrégation.

Ils dissèquent en détail sa première expérience sexuelle, remettant en cause sa foi et son identité de témoin de Jéhovah.

Le personnage de Meg est le véhicule qui transporte l’expérience collective de nombreux jeunes témoins de Jéhovah.  Certains aspects proviennent de mon propre vécu, d’autres de celui de jeunes qui étaient mes amis, façonnés au sein d’un seul récit.

L’histoire intéressera tous ceux et celles ayant eu une expérience passée ou actuelle d’un mouvement religieux strict et extrêmement contrôlant.

Il y a plus de 8,5 millions de Témoins de Jéhovah dans le monde et ceux-ci opèrent tous exactement de la même façon, dans chacun des 240 pays et territoires où ils habitent. Dans mon cas il m’a semblé naturel de situer cette histoire dans le Dublin contemporain, qui est mon chez-moi, depuis plus de 12 ans.

Dans le film, l’énergie énigmatique d’un jeune premier amour accompagné de sa première expérience sexuelle est confrontée au jugement impitoyable et violent des anciens. Cette histoire nous raconte l’enseignement reçu d’une dissonance cognitive entrant en direct confrontation avec les fondements qui nous façonnent.

Le titre fait référence à l’origine du mot français — « l’entrée dans un nouveau monde » ou en d’autres mots « débutant », une personne qui commence sa vie à l’âge adulte.

Mon intention avec Debutante est d’éviter une approche humiliante, haineuse ou sensationnaliste (comme on peut le voir fréquemment à propos des Témoins de Jéhovah), mais en favorisant plutôt une approche compatissante. Néanmoins, il aurait été malhonnête de ma part de ne pas mentionner que ma colère de longue date envers l’Instance des Témoins de Jéhovah et sa politique est vraiment au cœur même du récit. Plus de détails à ce sujet ci-dessous.

Débutante n’est pas une « confession scandaleuse d’un ancien témoin de Jéhovah ».

Debutante est, profondément, un drame sur la raison de l’âge, rempli d’espoir et de ténacité.

Pourquoi soutenir ce film?

On pense généralement que les témoins de Jéhovah — et les problèmes qui les entourent — sont un sujet superflu qui ne mérite pas nécessairement d’attention. À l’exception, bien sûr, des problèmes, plus connus, liés au refus de la transfusion sanguine et à la protection des pédophiles dans leurs rangs, d’ailleurs soulignés récemment par l’Australian Royal Commission into Institutional Responses to Child Abuse et par le nombre croissant d’affaires judiciaires hautement classées.

Je pense que l’impact négatif des témoins de Jéhovah sur la communauté mondiale est encore bien plus répandu que l’on ne le pense. Laissez-moi vous expliquer pourquoi.

Ma mère a commencé à fréquenter les Témoins de Jéhovah lorsque j’avais environ 10 ans. Je ne saurais vous dire ni pourquoi ni comment, mais au bout d’un an, je suis devenue complètement accro au monde et aux croyances de cette religion. Le sentiment d’appartenir à quelque chose de spécial et de plus grand que moi était si fort que cela m’est monté à la tête.

Personne ne m’y a obligé. À l’âge de 13 ans, j’étais ravi de me faire baptiser comme Témoin de Jéhovah dans une piscine portative installée dans un stade de Wrocław, en Pologne. Je portais un long t-shirt par-dessus mon maillot de bain, par pudeur.

J’avais l’habitude de croire que tous ceux qui n’étaient pas Témoins allaient mourir d’une mort apocalyptique affreuse et laide. Si je n’étais pas consciencieuse et fidèle en tout, je mourrais ainsi aussi.

Le pire dans tout ça — était d’être ignoré à tout prix — d’être exclu et au-delà de ça, évité. Cela signifiait qu’aucun de vos amis Témoins de Jéhovah (incluant votre famille, s’ils étaient suffisamment stricts) ne vous adresserait plus jamais la parole. Ils traverseraient la route s’ils vous croisaient dans la rue. Et vous n’auriez personne d’autre à qui vous adresser, car avoir des « amis du monde extérieur » n’était pas non plus une réalité.

Être exclu signifiait que votre monde tel que vous le connaissiez explose et que vous deveniez littéralement transparent, tel un fantôme. Vous êtes Bruce Willis dans le film Le Sixième Sens.

Début 2008, lorsque j’ai décidé que je ne voulais plus être un Témoin de Jéhovah, j’ai senti que toute ma vie et mes relations telles que je les connaissais auparavant, m’échappaient… mourraient. C’était un peu (j’imagine) comme l’expérience de naître — nu, terrifié, déconnecté du seul endroit sûr que vous n’ayez jamais connu — à la seule différence que cette naissance se faisait à l’âge adulte.

En 2018, le nombre de personnes baptisées Témoins de Jéhovah dans le monde s’élevait à 281 744. Cependant, une statistique plus difficile à recenser est le nombre de personnes qui ont été exclues (expulsées) ou qui sont parties de leur propre gré. Ce nombre est estimé à 70 000 — chaque année.

Si l’on prend en compte les personnes qui retournent dans l’organisation des TJ (Témoins de Jéovah), on peut encore compter au moins un million de personnes au cours des dernières années qui ont dû trouver le moyen de se recréer une vie de toutes pièces en dehors des frontières religieuses.

Dans le meilleur des scénarios, elles seront confrontées à des problèmes de santé mentale résultant d’une vie d’endoctrinement qu’elles devront traiter. Ils doivent rechercher de nouveaux amis, relations, carrières et loisirs — tout cela pour rester ensemble en dehors du monde des JW.

Dans le pire des scénarios, on les retrouve pendus dans leur salle de bain, pendant que leurs enfants et leur conjoint regardent la télévision dans le salon.

Je crois profondément que cette question mérite d’être abordée. Et j’espère que mon film apportera du réconfort à tous ceux qui ont connu l’ignorance — pour des raisons religieuses ou autres.

Ce dont nous avons besoin et ce dont vous bénéficierez

Je suis profondément attachée à la réalisation du film. Cependant, je suis tout aussi déterminée à donner à cette histoire l’occasion d’atteindre la qualité qu’elle mérite et, pour ce faire, j’ai besoin de financement. 

Mon expérience en tant que réalisatrice et directrice de production sur des courts métrages, documentaires et publicités primés, m’a appris que pour réaliser une vision créative par le média du film tout particulièrement, la partie monétaire ou disons le financement, est tout aussi essentielle que la passion et le talent du créateur et de l’équipe de création. Par conséquent, avec cette campagne, nous visons fort et haut. 

Le budget pour Debutante s’élève à 18 500 euros, auxquels s’ajoutent les 1 500 euros correspondants aux frais de la plateforme Indiegogo, aux frais de virement bancaire et aux ajustements de conversion des devises pour les dons reçus hors d’Irlande. Le montant du budget couvre :

1) CINQ JOURS DE TOURNAGE

    • Location de matériel photo et éclairage

    • Rémunérations modestes mais raisonnables pour les acteurs et l’équipe

    • Costumes et décors

    • Restauration et nourriture 

    • Lieux de tournage

    • Assurances

2) POSTPRODUCTION

    • Montage

    • Mixage du son

    • Étalonnage colorimétrique

    • Colonne sonore originale

    • Droits d’auteurs sur un morceau de musique reconnu, jouant un rôle clé dans l’histoire (pensez à une des comédies musicales des années 1960, moins Ed Sheeran;)

3) DROITS D’INSCRIPTION AUX FESTIVALS CINEMATOGRAPHIQUES

Nous tournerons le film en janvier / février 2020, juste à temps pour le début du festival.

Comme pour mes précédents films qui ont atteint un large public dans le monde entier, mon projet avec Debutante est de toucher autant de festivals de cinéma que possible et de le diffuser sur RTÉ et autres réseaux de télévision internationaux, sur le réseau câblé américain ShortsHD, et de le rendre également disponible sur les vols transatlantiques d’Aer Lingus. Et, ce n’est qu’un début !

En échange de vos précieuses contributions, petites et grandes, nous offrons un large éventail de bénéfices, allant du téléchargement numérique du film aux bloopers, en passant par des copies dédicacées du scénario, des visites du plateau, des crédits pour producteurs associés et exécutifs, des invitations aux premières du film, et bien plus encore !

Veuillez noter s’il vous plaît, que pour les bénéfices liés à la présence physique, sur place, à Dublin (visites de plateau, premières du film, etc.), les frais de voyage et d’hébergement ne sont pas couverts. Merci de votre compréhension.

L’équipe du tournage 

Début 2015, lorsque je tournais mon premier film, Testimony, je n’avais pas vraiment la moindre idée de ce que je faisais. J’ai réussi grâce à ma persévérance obsessive.

Testimony a été présenté dans des festivals du monde entier et nominé pour de nombreux prix, notamment :

    • Prix jeune réalisateur d’IMDb au Bath Film Festival, UK

    • Meilleur réalisateur au BAFTA-qualifying Underwire Film Festival London

    • Meilleur scénario et étoile montante au Underground Cinema Awards, Dublin

Mon deuxième court-métrage, The Betrayal, mettant en vedette la musique de Nick Cave & Warren Ellis, a été présenté au prestigieux festival international du film LGBT de GAZE à Dublin et projeté dans des festivals en Irlande et au Canada.

Les deux films ont été diffusés à la télévision nationale irlandaise (RTÉ) et The Irish Times a récemment inclus The Betrayal sur la liste des meilleures émissions de télévision de la semaine.

Je suis également chanceuse — et reconnaissante — d’être entourée d’une équipe merveilleusement talentueuse pour ce projet, notamment :

Barry Doyle, directeur de la photographie. Barry a tourné le pilote de science-fiction Rising, ainsi que des publicités acclamées par la critique pour Focus Ireland (y compris I Can’t Sleep), des clips vidéo et de nombreux courts-métrages. Il possède une grande expérience sur divers volets de la photographie dans des productions telles que Game of Thrones, Handsome Devil, Taken Down, Dark Lies The Island et Sweetness in the Belly. Cliquez sur la vidéo ci-dessous pour voir un exemple de la cinématographie, subtile et complexe, de Barry.

Niall Owens, premier assistant-réalisateur. Il possède de nombreuses années d’expérience dans le domaine du court métrage, y compris dans Michael Inside, plusieurs fois primé, et le prochain long métrage Here Are The Young Men de Eoin Macken. Niall est également un producteur, scénariste et réalisateur nommé par l’IFTA.

Gwen Jeffares, créatrice de costumes. Gwen a collaboré avec moi sur deux de mes films : sur Testimony (pour lequel elle a été nominée pour la meilleure conception de costumes aux Underground Cinema Awards, en Irlande) et sur The Betrayal. Elle possède une vaste expérience dans le domaine des courts et longs métrages, notamment sur les courts métrages tels que Gridlock et Five Letters to the Stranger Who Will Dissect My Brain.

Fiona Lanham, superviseure du scénario. Fiona a de l’expérience dans les longs métrages irlandais tels que Rosie et Dark Lies The Island, ainsi que dans des émissions télévisées (Dead Still, Taken Down, Red Rock) et de nombreux courts métrages.

Edwina Kelly, maquilleuse. La formidable expérience d’Edwina inclut des films comme Calm With Horses (avec Barry Keoghan), des productions irlandaises comme Taken Down, Black ’47 and The Lodgers, pour n’en nommer que quelques-uns. Edwina possède également une vaste expérience dans la publicité (notamment pour Guinness, Electric Ireland, Coca Cola, Nissan) et à la télévision (The Mario Rosenstock Show).

Risques & Défis

Le seul risque qui pourrait empêcher Debutante de se réaliser, eh bien, ce serait de ne pas obtenir assez de financement.

Je n’ai nul doute qu’avec l’équipe engagée dans ce projet, ainsi qu’avec ma propre expérience, nous saurons relever tous les défis, qu’il s’agisse d’un décrochage d’un lieu de tournage de dernière minute (déjà vu!) ou de la demande de 20 révisions d’une analyse de risques la veille du tournage (déjà passée par là également) ou bien encore face à un ouragan pendant le tournage (sans blague, aussi du déjà-vu !) 

Notre principal défi est le financement — nous ne pouvons pas réaliser ce film sans votre soutien, et chaque petit don compte.

Si le sujet vous intéresse ou si vous pensez simplement que Debutante est un film que vous voudriez voir, consultez nos bénéfices et contribuez dès aujourd’hui !

D’autres moyens de nous aider 

Ne sous-estimez pas le pouvoir d’un simple partage sur les médias sociaux, ni même par courrier électronique ou par le bouche-à-oreille.

Debutante se trouve sur Facebook et Twitter — vous pouvez également utiliser les outils de partage ci-dessus. C’est rapide et sans douleur !

Si vous connaissez des groupes, des institutions, des organisations ou des journalistes qui pourraient trouver ce projet intéressant, merci de partager le lien avec eux aussi !

Kamila Dydyna

Merci pour la traduction Alex Messeri, Daniel Boon & Isabelle Alice!